Home Page Image
Home Page Image



LA MANO DEL MÚSICO

 

 

Les pathologies qui affligent (frappent, touchent) la main et les membres supérieurs chez les musiciens sont devenues de plus en plus communes (habituelles) et fréquentes. De telles pathologies ne représentent pas une nouvelle série de maladies mais simplement un ensemble de pertubations qui pendant longtemps a été sous estimé et méconnu à cause d'une symptômatologie mal définie. Autrefois, on avait tendance à ne pas reconnaitre ces symptômes et de les cataloguer comme des dérangements à caractère psychiques. Grâce aux récentes études épidémiologiques qui ont relevé (noté) la fréquence avec laquelle certains symptômes spécifiques touchent la main des musiciens, un intérêt médical pour soigner et étudier de tels phénomènes s'est développé. A travers la prise en compte et l'étude de ces pathologies, il est utile de rappeler que les musiciens ont souvent une carrière professionelle qui a débuté très tôt et dans certains cas avant même la fin de leur croissance. Ces facteurs associés au fait qu'un musicien professionel passe des heures par jour à s'entrainer pour maintenir une activité neuro-musculaire correcte expose ce dernier à un pourcentage majeur de phénomènes de dégradation articulaire lié à une utilisation excessive par rapport à la moyenne de la population. Pour comprendre combien sont sollicitées les articulations de la main des musiciens, il suffit de penser qu'il sont capables de produire en jouant 30 notes à la seconde. De plus, la main devra imprimer diverses pressions et intensités et donner à chacune de ces notes une sonorité particulière. A partir de là, nous nous trouvons face à une complexité de toute ces fonctions utilisées au même moment et de leur difficulté. Nous ne devons pas oublier que lorsque nous sommes face à un musicien, nous voyons l'artiste avant l'homme et que la différence entre l'homme et l'artiste réside dans le fait que ce dernier présente une plus grande émotivité et une très grande sensibilité. Pour l'artiste, la musique devient l'axe central autour duquel tourne sa propre existence. Les pathologies qui touchent la main et les membres supérieurs du musicien obligent chaque année beaucoup d'entre eux à suspendre temporairement leur activité pour soigner correctement leur pathologie. Probablement, l'adoption de mesures préventives réduirait beaucoup ces problèmes. Pour évaluer correctement la validité de ces mesures et réduire le risque d'apparition de ces pathologies, le type d'instrument, le temps dédié à l'exercice et à la pratique de celui-ci ainsi que certains facteurs individuels doivent être pris en considération. Le type, la forme, le poids, la position lorsque l'on joue de l'instrument et la pression exercée sur celui-ci afin d'émettre un son correct peut être à l'origine de l'apparition de pathologies spécifiques et particulières. Parmis les mesures préventives les plus simples pouvant être adoptées pour éviter l'apparition de ces pathologies on peut noter une préhension ergonomique de l'instrument, une modification de sa forme et de son poids et l'utilisation d'accessoires qui réduiraient la fatigue lors du transport de ce dernier. Une autre mesure utile dans la prévention des pathologies de la main du musicien serait l'alternance pendant l'exercice ou l'étude musicale de périodes de travail et de repos. La correction des mauvaises habitudes (vicieuses) devient fondamentale. La symétrie et l'équilibre entre le bassin et les épaules doivent être maintenus correctement tout en évitant les excès de force et de pression en alternant les périodes de travail et les périodes de relaxation complétées par des séances de kinésithérapie. Lors de la formation d'un musicien de jeune âge, il est important de considérer la valeur de l'aspect neurophysiologique. Il est important(primordial) d'évaluer le moment ou l'enfant peut prendre contact avec la musique et le moment ou il sera capable de distinguer la mélodie de l'harmonie mais surtout lorsqu'il sera capable d'apprendre le langage musical. De même, pour la gestualité (le mouvement) nécessaire pour jouer d'un instrument demandant des exercices répétitifs, il faudra attendre un bon développement neurosynaptique. L'âge idéal pour prendre contact avec un instrument de musique, en se basant sur les importantes recherches relatives aux conditions précédemment énoncées, serait entre 7 et 10 ans. Par contre, pendant cette période de croissance, si l'intensité de l'exercice auquel sera soumis l'enfant pour apprendre la musique n'est pas suivie correctement, elle pourrait être à l'origine d'anomalie de la posture, des membres supérieurs, du bassin et de la colonne vertébrale. Ceci confirme l'importance pendant l'enseignement de la musique et l'utilisation de l'instrument de l'apprentissage de gestes et de postures à suivre et à conserver qui soit enseigné adéquatement. Chez un adolescent, l'apparition de malformations "scoliotica" de la colonne vertébrale n'est pas exceptionnelle mais peut s'aggraver en jouant d'un instrument. Il est conseillé de diriger cette jeune personne vers un programme de gymnastique rééducative lorsqu'il émet le désir de jouer d'un instrument de musique. Seule, la gymnastique n'est pas suffissante, il faut l'intégrer à une activité sportive. Chaque type d'instrument comporte divers sièges d'apparition d'éventuelles pathologies dues à son utilisation. Par exemple, pour les instruments à vent, il sera utile de soumettre l'adolescent à des contrôles pour évaluer l'articulation dentaire ainsi que des contrôles maxilo-facial qui suivent le correct et régulier processus évolutif de croissance du "massiccio" de la maxilaire. Une grande partie des musiciens, qu'ils soient amateurs ou professionels, à un moment ou un autre de leur carrière développent des malformations dans le domaine du système muscolo-squelettique.

Ces pertubations sont directement correlées"proportionnelles" à la pratique d'un instrument musical et sont représentées par des douleurs touchant les mains, le poignet, l'avant bras, l'épaule, le col et/ou le dos. De telles douleurs peuvent conduire aussi bien à des pathologies tendineuses que musculaires et/ou musculo-tendineuses, articulaires et jusqu'à des syndromes "canalicolari" comportant une compression nerveuse. Toutefois, lors de l'utilisation d'un instrument, la main et les doigts subissent de fortes sollicitations puisque généralement les autres parties du corps restent plus où moins immobiles. S'entrainer tous les jours avec un instrument pendant plusieurs heures et plusieurs jours par an lorsqu'il s'agit d'un haut niveau professionel demande des efforts importants ainsi qu'une quantité de travail (comme exercice manuel) vraiment considérable. De cette façon, se crééent les conditions de base qui donneront naissance au syndrome de "l'utilisation excessive" (overuse). Ainsi, se crée une situation dans laquelle la demande de pratique de l'exercice surpasse de beaucoup les"capacités tissutali". Il est évident que face à un tel cas (exposé), les erreurs posturales et techniques pendant l'utilisation d'un instrument de musique favorisent encore plus l'apparition de ces pathologies musculo-tendineuses. De telles pathologies seront encore plus fréquentes s'il existe la présence concomitante d'hyperlassità ligamenteuse. Le diagnostic de ces affections musculo-tendineuses qui touchent les musiciens se base surtout sur une évalutation clinique attentive accompagnée d'une analyse approfondie de la posture maintenue pendant l'utilisation de l'instrument ainsi que les gestes utilisés pour en jouer.Le traitement de ces pertubations, à partir du moment où il n'a pas été possible d'en éviter l'apparition grâce à une intervention correcte, se base sur un programme réhabilitatif ciblé. Pour interpréter correctement un morceau de musique, le musicien est souvent contraint d'accomplir des mouvements non naturels et contradictoires comme appuyer et relacher et des mouvements de précision et de relaxation. Cette façon d'utiliser la main et les doigts ne permet pas à cette dernière de bouger de façon plastique, harmonieuse et en même temps de façon ergonomique. Une rééducation correcte du musicien affecté par la pathologie d'"overuse" ne peut pas faire abstraction d'une évaluation globale du corps ciblée sur le rétablissement d'un équilibre aussi physique que psychologique de l'artiste; en d'autre termes, "soigner les symptômes et soigner le déficit fonctionnel". Le traitement des symptomes d'"overuse" demande une période de repos fonctionnel plus où moins long pendant lequel est prévu l'utilisation d'une orthèse spécifique pour le type de tendinopathie présentée par le musicien. Suite à la période de repos, devra débuter un programme de rééducation passive et douce pendant laquelle se crée une réapropriation graduelle et lente de l'instrument de musique et lorsque cela est possible, jouer en s'aidant d'un split dynamique.